Si vous ne visualisez pas correctement cette newsletter, cliquez ici
Secours Catholique
La lettre du plaidoyer du Secours Catholique
Agir sur les causes de la pauvreté et de l’exclusion
Numéro 44 – Décembre 2017
Etats généraux de l’alimentation : on peut mieux faire pour lutter contre l’insécurité alimentaire en France
L’insécurité alimentaire est vécue par environ 12% de la population selon la récente étude de l’INCA ( Institut National du Cancer). Parmi la population touchée, on observe une augmentation de la prévalence de l’obésité chez les femmes qui concerne 35 % d’entre elles (soit le double de ce qui est observé en population générale). L’hypertension artérielle est aussi en augmentation chez les hommes (48,5 % contre 34,2 en population générale).
L’aide alimentaire est aujourd’hui en France la réponse quasi unique sans couvrir l’ensemble des personnes concernées ni les besoins que requiert cette insécurité.
Le Secours Catholique était présent dans l’un des ateliers des états généraux de l’alimentation, organisés par le gouvernement, l’atelier 12, consacré à la lutte contre l’insécurité alimentaire en France et dans le monde. Plusieurs journées ont permis d’avancer sur le sujet et sortir de l’unique voie existante pour envisager une évolution du secteur et des pratiques.
Un programme interministériel de lutte contre la précarité alimentaire
Les propositions sont ambitieuses et réalistes. Elles s’appuient sur la conviction que les solutions seront systémiques, bâties à partir des territoires et avec les personnes concernées. Le Secours Catholique soutiens la proposition de création d’un programme interministériel de lutte contre la précarité alimentaire, en prenant en compte l’ensemble de ses dimensions (économique, de santé, sociales), et entérinant le changement de paradigme : passer de la distribution de denrées au développement de systèmes alimentaires assurant l’accès des plus précaires à l’alimentation. Il sera important d’articuler les politiques agricoles, alimentaires et sociales, d’assurer l’égalité territoriale et de prévoir les moyens, les outils et l’ingénierie nécessaires.
Quelques Chiffres :
4.8 millions
de personnes
en France ont
recours à l’aide alimentaire
50 %
des personnes ont recours
à l’aide alimentaire depuis
plus de deux ans.
56 %
des personnes
rencontrées au SCCF
demandent une aide alimentaire
Des plans à l’échelle départementale
Les conseils départementaux pourraient définir un schéma territorial des systèmes alimentaires territorialisés, selon une échelle à choisir et avec une méthodologie participative, en suivant par exemple le modèle des plans départementaux pour l’insertion (PDI). Les crédits nationaux et européens de l’alimentaire pourraient être liés à ces plans.
Le Secours Catholique a défendu un certain nombre de principe qui doivent conduire à l’accès à une alimentation saine et durable
Un accueil convivial et chaleureux

« C’est humiliant d’aller dans les lieux de distribution gratuite de nourriture » .

Les personnes qui viennent demander une aide alimentaire arrivent avec toutes leurs souffrances, et une gêne de ne pouvoir subvenir à leurs besoins vitaux et à ceux de leur famille. Un sentiment de honte et de culpabilité est ressenti. Toute personne doit être accueillie avec chaleur, respect et avec une attention portée à chacun individuellement. Une attention doit aussi être portée à l’espace d’accueil imaginé avec les personnes et prenant en compte la présence éventuelle d’enfants. Ce lieu d’accueil sera d’autant plus convivial et chaleureux que des animations seront proposées : espace café, repas partagés, système d’entraide, etc.
Un projet ouvert à tous et non stigmatisant

L’adage nous dit qu’ « un projet pour pauvre est un pauvre projet ». Un projet d’accès digne à l’alimentation est nécessairement un projet ouvert à tous. Tous, pour en bénéficier mais aussi pour participer à son élaboration et son fonctionnement.
Cela favorise le vivre ensemble par la mixité sociale et prend souvent en compte les dimensions intergénérationnelles et interculturelles.
Etre libre de choisir son alimentation saine et équilibrée

« La nourriture n’est pas une marchandise comme les autres. C'est un droit, comme le fait de respirer. Ce droit implique des moyens financiers qui nous permettent de choisir nos aliments. Le choix est en effet primordial, car il implique la dignité et le respect de la personne. De plus, en achetant nos produits localement, nous faisons vivre les commerçants et agriculteurs locaux. »

Le droit de choisir son alimentation est important. Les parents doivent pouvoir choisir l’alimentation pour leurs enfants et pour eux-mêmes selon leurs goûts et habitudes alimentaires.
Les actions ont également le souci de proposer une alimentation saine et équilibrée pour que les personnes puissent choisir parmi des produits de qualité et diversifiés. Ce sera par exemple en permettant d’être acteur dans un jardin partagé . Il faut alors dépasser les surplus traditionnellement proposés, en recherchant des produits issus de producteurs locaux ce qui permet également de développer et soutenir l’économie du territoire.
Le respect des cultures et des habitudes alimentaires

Un accès digne à l’alimentation est respectueux des aspects culturels, des coutumes religieuses, des habitudes et préférences alimentaires des personnes présentes. Ces différences peuvent devenir source de richesses.
L’implication recherchée de tous dans l’élaboration, la mise en œuvre et le fonctionnement de l’action alimentaire

L’accès digne à l’alimentation de tous permet à chacun d’avoir une place en participant, en fonction de ses talents, de ses capacités ou de ses envies.
Pour le Secours Catholique et ses partenaires d’EAPN , il était important que les acteurs concernés par l’insécurité alimentaire aient pu apporter leur ressenti, analyse et propositions. Ceci acte le fait qu’il faut sortir d’une vision uniquement basée sur l’ « aide » et s’orienter vigoureusement vers une vision basée sur l’ « accès ». Les notions de dignité et de durabilité ont été présentes tout au long du texte final de l’atelier.
Le Secours Catholique est prêt à collaborer pour mettre en œuvre ces propositions que ce soit la stratégie interministérielle de lutte contre la précarité alimentaire ou le développement de systèmes alimentaires territorialisés. Nous sommes aussi intéressés à repérer, développer et mettre en réseau de nouvelles pratiques d’accès digne et durable à l’alimentation de tous.
Pour aller plus loin
Le rapport statistique du Secours Catholique
Etats généraux de l’alimentation
Agroecologie et développement durable
Contact
Claude Bobey
claude.bobey@secours-catholique.org
106 rue du Bac - 75341 Paris Cedex 7

Présidente et directrice de publication : Véronique Fayet
1 cf Etude Abena
2 Ces citations, ainsi que les suivantes sont extraites des Actes du séjour participatif de la Délégation du Secours Catholique du Finistère en octobre 2015 (p.6 et p.7).
3http://acsc.asso.fr
4http://eapn.fr/
Conformément à la loi du 6 janvier 1978, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition aux informations. Vous souhaitez vous désabonner ? Cliquez ici.